Menu

Le CLOUD, y aller ou pas ?

29 novembre 2017,  par Céline SEGONNES, publié dans

Comment choisir entre travailler sur un nuage ou vivre dans une « grotte ».

Par David Delage, formateur consultant en informatique & web design

Cette année encore, le métier de formateur m’a amené à rencontrer des gens formidables, pleins d’idées et de projets très ambitieux. Mais voilà, l’informatique prend souvent une part importante dans la concrétisation de nos objectifs et arrive alors LA question incontournable du Cloud.

Petit rappel (pour les quelques irréductibles)

Le Cloud, en anglais, ça veut dire « nuage » ! Mais s’arrêter là ne serait évidemment pas suffisant et ne vous avancerait pas à grand-chose !

Reprenons ! Je disais donc que le Cloud c’est avant tout une nouvelle manière de consommer de l’informatique. Jusqu’à très récemment, nous achetions : ordinateur, logiciels, équipements réseaux, nous avons tous connus cette époque où nous étions propriétaires de nos outils informatiques. Et dans nos maisons, c’est bien souvent ce schéma qui perdure.

Avec les offres Cloud, tout devient service ! Vous voulez un serveur de fichiers ? Louez-le. Un plus gros ? Louez-le plus cher ! Dans ce type d’offres, la tarification est bien souvent mensuelle et le service résiliable à tout moment. Parmi les différents services proposés, vous trouverez, entre autres, du stockage, des logiciels, de la messagerie, parfois même des packs complets comprenant plusieurs services. Et vous aurez le choix de vous tourner vers des prestataires toujours plus nombreux dont les plus grands bien sûr comme Microsoft, Google, Amazon, Dropbox (la liste est longue) mais également des moins connus comme OVH, Mega ou Box. Notez également que dans la majorité des cas, vous aurez accès à une offre gratuite permettant de tester les différents services.

Vous stockez de plus en plus de données ? Photos, musique, documents ? Que vous soyez un particulier, un indépendant ou un chef d’entreprise, ce changement de mode de consommation vous impacte déjà. Si, en plus, vous détenez un (ou deux) téléphone(s), un ordinateur (ou plusieurs), la problématique va en s’intensifiant.

Alors que faire ? On y va ou on n’y va pas dans ce Cloud ?

Quelques conseils

Avant tout, tenez compte de votre affinité avec l’informatique en général car, changer pour le Cloud, c’est changer de nombreuses habitudes de travail. De nouveaux réflexes doivent se mettre en place pour que l’efficacité de ces solutions se fassent sentir. Estimez bien votre capacité au changement avant de vous lancer et faites-vous éventuellement accompagner.

Prenez également en compte vos allégeances à certaines marques, notamment si vous souhaitez utiliser les mêmes outils et stockages sur vos ordinateurs et vos téléphones/tablettes. Si comme beaucoup d’utilisateurs vous travaillez régulièrement avec la suite Microsoft Office, vous vous tournerez donc naturellement vers son offre Cloud : Office 365. Là aussi un changement d’éditeur peut être une grosse couleuvre à avaler, ils proposent des outils similaires en fonctionnalité mais dont les interfaces sont très différentes.

Assurez-vous de disposer de connexions récurrentes et de qualité. En effet, l’une des contraintes du Cloud c’est la connexion à Internet. Serez-vous connecté en permanence ? La majorité des offres propose des options de synchronisation qui permettent de se déconnecter de temps en temps (ouf !) mais il serait par exemple inconcevable de travailler sur des documents volumineux avec un débit trop faible. Pensez-y !

Sachez, pour finir, que votre marge de manœuvre se rétrécie. Aujourd’hui certains éditeurs, comme Adobe (l’éditeur de Photoshop notamment), ont choisi de ne proposer que des offres Cloud et, à ce titre, il n’est donc plus possible d’acheter les logiciels Adobe. Pour les utiliser vous devrez donc vous acquitter d’une petite somme (allant de 20 à 60 €) tous les mois. Adobe a ouvert la voie, il est certain que dans le futur, d’autres éditeurs la suivront.

J’ai un pied dans les nuages mais…

Mais…Quid de la sécurité ? Vous vous demandez si vos données sont plus en sécurité chez vous ou sur un Drive* ? Il s’agit un peu du même débat que le fameux « bas de laine ». Votre argent est-il plus en sécurité à la banque ou sous votre matelas ? Le risque zéro n’existe pas, mais dans un cas comme dans l’autre il convient à chacun de se poser les bonnes questions.

Pour considérer que vous disposez d’une meilleure sécurité chez vous que dans le Cloud, vous devez être en mesure de garantir à vos données confidentialité et pérennité. Ce qui signifie que vous avez une culture de la sécurité informatique : vous changez régulièrement vos mots de passe, vous faites des sauvegardes, vous changez vos disques durs (et oui, ça tombe en panne !), etc.

Si vous n’avez pas cette culture, alors arrêtez tout ! Mais non, je plaisante ! Par contre, ce qui est certain c’est que le Cloud pourra vous faciliter l’acquisition de cette culture sécuritaire, à condition, bien sûr, de bien maitriser les outils qui vous seront fournis.

Bon, j’ai deux pieds dans les nuages mais toujours pas la tête…

Gardez ceci à l’esprit : nous sommes en 2017 et pour une majorité de structures, de personnes (dont je fais partie) le Cloud n’est plus une question mais LA réponse à un besoin de simplification de l’outil informatique.

Cette réponse, ce choix de se tourner vers des solutions Cloud fait souvent résonner en nous des considérations culturelles, écologiques voire politiques et il n’est pas rare que le sujet déborde également sur des débats d’ordre sociologique et anthropologique.

En tant que formateur, il ne m’appartient pas de vous dicter votre ligne de conduite ou de vous donner une réponse tranchée. A chacun de définir le curseur de ses propres craintes et de composer avec celles-ci. A l’ère des réseaux sociaux, de la mobilité et de la sur-connexion, chacun d’entre nous a déjà fait ou subi des choix (conscients ou inconscients) en matière de partage de données privées et professionnelles. Certains font le choix de résister ou, comme on en plaisante communément, de « vivre dans une grotte ». Je n’ai pas le privilège de posséder la vérité et cet article n’a pas pour objectif de porter un jugement sur leur choix, mais je vais tout de même leur reconnaître une force, ce choix, ils l’ont fait !

L’heure du choix

Pour finir, je n’ai qu’un seul conseil : faites votre choix !

Si ce sujet vous intéresse, il est important que vous vous fassiez votre propre expérience afin de définir si cela peut vous apporter une assistance concrète dans votre quotidien. Si vous n’y trouvez pas votre compte et que vous préférez les bonnes vieilles méthodes, ne négligez pas l’aspect sécuritaire car il ne fait en général pas parti de nos gènes.

Enfin, et surtout, ne restez pas indifférent. L’erreur serait de fermer les yeux et d’avoir à subir ces changements plutôt que de les avoir anticipés.

* Service de stockage