Menu

J’ai testé la « Réalité virtuelle »

29 novembre 2017,  par Céline SEGONNES, publié dans

Par Céline Segonnes, Chargée de communication chez Vertego

Ce qu’il y a d’appréciable lorsque l’on travaille chez Vertego, centre de formation réputé pour son expertise dans des domaines aussi pointus que l’informatique et les technologies liées au langage & développement, c’est qu’au détour d’un couloir ou devant le distributeur de boissons chaudes, on croise souvent des formateurs passionnés dont la seule ambition est de vous faire découvrir leur univers. Sébastien Yriarte, formateur consultant chez Vertego depuis plusieurs années, est de ceux-là.

Chargée de communication depuis quelques mois au sein de Vertego, je suis naturellement intéressée et attirée par les nouvelles technologies. A l’occasion d’un café matinal partagé dans mon bureau, j’ai pu faire part de mon envie de découvrir ce qu’était la réalité virtuelle à notre formateur référent. Le rendez-vous était pris.

De la réalité virtuelle je n’avais que de vagues notions. Je savais qu’il fallait un casque, quelques fois des manettes, que l’on pouvait se retrouver projeté de plain-pied dans un tout autre univers que le sien, et que les applications étaient infinies. C’était déjà pas mal, quoique toutefois bien incomplet.

Alors j’ai testé ! 30 minutes de voyage. Sans quitter Pau. Sans prendre l’avion ou le train. Un voyage virtuel. Une expérience déroutante. Parfois inquiétante. Perturbante mais définitivement surprenante.

Sébastien m’équipe : un casque de réalité virtuelle, un casque audio sur les oreilles et deux manettes (une dans chaque main). Me voilà prête !

Première expérience, premiers frissons

On commence doucement : je dessine des rubans. Ils flottent autour de moi. J’y mets des couleurs. Je tourne autour. Puis j’allume un feu, un petit d’abord, puis un gros. Je le traverse sans me brûler. Déjà le charme agit. Je sème dans l’espace noir qui m’entoure une pluie d’étoiles : des bleues, des roses, des jaunes. Je tourne la tête… dans tous les sens. Tout autour, un décor se dessine. L’Espace… les étoiles, la voie lactée, une météorite qui fonce droit sur moi… je m’écarte !

Changement de décor !

Le fond de l’océan. Un bleu immense ! Des poissons, des petits, des longs, des courts, des colorés. Ils sont nombreux. Ils me frôlent. Une immense raie passe au-dessus de ma tête. J’en prends plein les yeux. Et lorsque je les baisse, je constate que je me trouve sur le pont d’une épave de bateau nichée au fond de l’océan. Je m’approche du bastingage quand soudain, devant mes yeux déjà pourtant bien occupés et déjà très éblouis, une baleine bleue s’approche. La claque ! Jamais encore je n’ai approché une baleine d’aussi près ! Elle ralentit et ondule devant moi. Son regard accroche le mien quelques instants, puis, un brin hautaine s’éloigne. Dans une dernière provocation, elle balance sa queue vers mon visage. Je m’écarte !

Changement de décor !

Une grotte obscure. Tout autour de moi flottent des morceaux de roche. A l’aide de la manette, je les pulvérise, un par un, jusqu’à m’apercevoir que je peux également détruire les parois de la grotte. Des pans tout entiers s’effondrent et autour de moi, de nouveau, le vide intergalactique. J’en ai presque le vertige. Je recule !

Changement de décor !

Je me trouve maintenant dans une pièce au centre de laquelle se trouve une table de jeu. En son centre est posé un château-fort. Cela ressemble à un jeu d’enfant ou une maquette de musée. J’entends Sébastien me dire de me téléporter dans l’enceinte du château. Un clic sur la manette. L’instant d’après, je ne suis plus spectatrice mais actrice dans le décor. Je suis devenue un personnage de la scène, un chevalier. Ma mission : défendre la forteresse des envahisseurs. Je saisis un arc, une flèche et je vise. A ma grande surprise, je sens la corde de l’arc qui tremble lorsque j’arme la flèche. Cette sensation est incroyable ! Certains assaillants tombent sous mes flèches mais je ne réussis malheureusement pas à stopper les envahisseurs ! Je suis vaincue !

Changement de décor !

Le sommet d’une montagne. L’effet est saisissant. Sébastien me demande d’approcher du bord. J’hésite puis je fais quelques pas. Tout petits. Il me propose ensuite de marcher dans le vide. « Tu dois battre ton cerveau » me dit-il ! Alors que j’ai pleinement conscience de me trouver à Pau, dans une salle de formation au cinquième étage du bâtiment qui nous abrite, je n’arrive pourtant pas à avancer. Je suis tétanisée. Un vertige immense me saisit. La peur du vide, les deux pieds sur terre ! Centimètre par centimètre je progresse jusqu’à être complètement dans le vide. J’ai chaud. Mon pouls s’est accéléré. Je fais demi-tour impatiente de regagner « la terre ferme ». J’ai vaincu mon cerveau… juste un peu !

J’entends Sébastien me proposer une dernière expérience. J’opte pour un opéra numérique.

Comment décrire ce que je vois ? Imaginez un décor où se mêleraient les incongruités d’Alice au pays des merveilles, les couleurs éblouissantes du film Avatar, les paysages futuristes de Narnia ou du Seigneur des anneaux. Vous y êtes ? Et bien, c’est plus beau encore ! Les branches des arbres ondulent et s’arquent tout en changeant de couleur. Autour de moi, une grotte dont les parois lumineuses alternent le rouge et le bleu. Je me tiens debout sur une jolie petite barque qui vogue et glisse très lentement sur l’eau. Je croise des personnages énigmatiques. Un vieillard, puis une jeune femme. Ils sont occupés. J’ignore qui ils sont et ce qu’ils font. L’ensemble du décor est un brin inquiétant, quoique reposant. Un sentiment de totale relaxation me saisit. J’aimerai que le voyage ne s’arrête pas. La barque pourtant continue d’avancer, et bientôt, c’est la fin. Game over !

Je retire l’équipement. Retour à la réalité ! Je suis conquise. Définitivement !

Parole d’expert

Quelles sont les applications de la Réalité Virtuelle ?

Au-delà des animations et du divertissement, la réalité virtuelle et augmentée séduit peu à peu les industriels dans différents secteurs d’activités :

– Les visites virtuelles d’établissements, collaboration autour de choix architecturaux, valorisation du patrimoine et tourisme virtuel ;

– L’industrie d’engineering de pointe : scénarios, phasing et éclatés en Aéronautique, le spatial et l’automobile ;

– La formation professionnelle : la simulation de scénarios complexes ou de crise par nature difficile à reproduire et qui sont, par ce biais, disponibles à la demande ;

– La santé.

Quels sont les équipements nécessaires ?

Les fabricants, dans l’industrie de la réalité virtuelle, sont très actifs et il y a des nouveautés tous les jours.

Muni d’un smartphone, les expériences de réalité virtuelle sont disponibles avec un casque à faible coût comme l’Homido et vous donne accès à des expériences 360 qui satisferont les besoins d’exploration sans quitter un siège. La gamme Samsung S7, S8 et Google DayDream augmenteront l’expérience avec une image de meilleure définition et une manette facilitant la navigation et les interactions.

Nous utilisons quotidiennement la solution HTC Vive qui est la plus immersive et nécessite, en plus, un PC de joueur disposant d’une carte graphique Nvidia 980 ou équivalent. Alternativement une solution Oculus peut aussi être utilisée et offrira une expérience immersive sur une aire de 3×3 m² au lieu de 4×4 m² pour le Vive.

D’ici 2018, les fournisseurs baisseront les prix de leurs solutions, amélioreront l’ergonomie, supprimeront les fils, proposeront des zones de tracking étendues et livreront également de nouveaux matériels pour les applications de réalité augmentée et mixte.

Selon vous, en quoi la Réalité Virtuelle va-t-elle révolutionner nos vies ?

L’ère du PC est bientôt révolue. En effet, qui a encore un PC non-portable chez lui ?

Les téléphones et tablettes offrent de plus en plus de puissance aux utilisateurs. Mais, bien que pratiques et transportables, ils ne sont pas adaptés à la réalisation de certains types de tâches notamment celles nécessitant plusieurs contextes d’informations (documents, intranet, etc.) ou durant plus de 5 minutes.

A terme, ce type d’équipement, dans leur version plus légère et ergonomique, remplaceront sans peine les claviers, souris et écrans.

Sébastient Yriarte, Consultant formateur chez Vertego